Programme « Migration pour le développement »

Description succincte du projet

Désignation : Programme « Migration pour le développement » (PME)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Projet mondial intervenant actuellement dans 13 pays partenaires : Afghanistan, Albanie, Égypte, Gambie, Ghana, Irak, Kosovo, Maroc, Nigeria, Pakistan, Sénégal, Serbie, Tunisie
Organisme de tutelle : Agences pour l’emploi des pays concernés, comme l’ANAPEC au Maroc ou l’ANETI en Tunisie
Durée totale : De 2017 à 2020

La Tunisie est un des pays partenaires du programme. Photo : GIZ/Clemens Hess

Situation initiale

De plus en plus d’hommes et de femmes dans le monde prennent le chemin de l’exil : Souvent les crises et les conflits en sont les raisons principales, mais il existe d’autres facteurs qui poussent les populations à quitter leur pays. En effet, la migration semble souvent pour ces personnes la seule possibilité d’échapper à l’absence de perspectives pour elles-mêmes et leurs familles, alors que la plupart préférerait rester dans son pays d’origine ou y revenir plus tard pour y prendre un nouveau départ. Toutes ces personnes ont besoin d’informations sur les opportunités existant dans leurs pays d’origine ainsi que d’un soutien à la réintégration.

Dans certains pays, le projet « Migration pour le développement » offre depuis début 2017 à ces groupes cibles de meilleures perspectives leur permettant de prendre un nouveau départ. Mandaté par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), le projet soutien la population locale cherchant des perspectives sur place et aide aux rapatries à se réintégrer. Il fait partie du programme du BMZ « Perspectives dans les pays d’origine ».

Objectif

Les perspectives de participation à la vie économique et sociale sont améliorées pour des populations locales et des migrantes de retour, dans les pays partenaires.

Des collaborateurs de la GIZ s’entretiennent avec un visiteur au centre d’information de Tirana, en  Albanie.

Approche

Dispositifs de soutien en Allemagne :

Le programme est centré sur un conseil personnalisé. Des personnes qui s’intéressent à retourner reçoivent du soutien déjà en Allemagne et seront accompagnés jusqu’au nouveau départ dans leur pays d’origine. Afin le projet fournit sur le site Internet « Startfinder » toutes les informations importantes sur les dispositifs de conseil, sur les mesures individuelles de soutien dans les pays d’origine et sur la réintégration, présentées de manière adaptée aux différents groupes cibles.

Le projet mène par ailleurs une coopération étroite avec des villes et des communes allemandes et appuie les offres d’associations caritatives et d’acteurs sociaux en matière de conseil sur la réintégration ou de formations. Par exemple, le coaching peut aider les bénéficiaires à s’insérer dans la vie professionnelle ou à suivre une formation professionnelle continue dans leur pays d’origine.

Des « scouts de la réintégration » interviennent dans certaines communes et auprès d’acteurs confessionnels ou sociaux faisant le lien entre le conseil sur le retour dispensé en Allemagne et les dispositifs en place dans les pays d’origine. Les scouts de la réintégration appuient les centres de conseil en établissant des contacts avec les interlocuteurs dans les pays concernés et en fournissant des informations sur les perspectives d’emploi et les offres de soutien, comme l’aide à la création d’entreprise, les reconversions professionnelles ou les formations initiales et continues sur place.

En outre, la GIZ propose, en collaboration avec des acteurs privés, des mesures de qualification professionnelle aux migrant·e·s de retour. L’offre comporte notamment des cours pour ingénieur·e·s du bâtiment et différents métiers de l’artisanat, des formations à la création d’entreprise, des cours de langues étrangères et d’informatique.
 

Réussir son nouveau départ vers le pays d’origine :

Ce ne sont pas seulement les migrant·e·s de retour qui ont besoin de soutien. Il y a aussi beaucoup de personnes dans la population locale qui cherche des perspectives sur place et qui souhaitent émigrer. Afin d’aider ces candidat·e·s, le projet gère des centres d’information pour l’emploi, la migration et la réintégration en collaboration avec des partenaires nationaux. Actuellement, il existe des centres en Albanie, au Kosovo, en Serbie, en Tunisie, au Maroc, en Irak, au Nigeria, au Ghana et au Sénégal. En Afghanistan, une activité de conseil est proposée en coopération avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Des centres de conseil sont également prévus en Égypte, Gambie et au Pakistan.

Ces centres fournissent un conseil et une information personnalisés sur les possibilités de formation, de réintégration et d’emploi. Ils organisent des salons de l’emploi et des réunions d’information et proposent des formations de préparation aux entretiens d’embauche et à la constitution de dossiers de candidature. Outre cette activité de conseil, les centres peuvent également placer les personnes intéressées dans des formations, des actions de qualification professionnelle ou des dispositifs de soutien psychosocial améliorant leurs chances sur le marché de l’emploi. De même, les personnes désireuses de se mettre à leur compte peuvent bénéficier de formations et d’aides à la création d’entreprise.

Les centres de conseil sont gérés en collaboration avec les administrations et agences nationales de l’emploi du pays concerné. Ensemble avec quelques 25 projets bilatéraux et régionaux de la GIZ ils réalisent le programme « Perspectives dans les pays d’origine et coopèrent avec la société civile, le secteur privé, des institutions et des organisations internationales sur place. Cette approche de conseil vise un vaste public. Les centres s’adressent à toutes les personnes sur place : à la population locale, aux migrant·e·s de retour d’Allemagne et de pays tiers, et aux personnes déplacées à l’intérieur du pays. Tous ces groupes cibles peuvent ainsi profiter d’un conseil sur les possibilités d’emploi dans le pays.

Participants à une mesure dans le domaine de l’électrotechnique destinée aux personnes souhaitant retourner dans leur pays d’origine. Photo : Centre de formation de l’artisanat de Duisbourg

Résultats

  • Les centres de conseil pour l’emploi, la migration et la réintégration ont déjà mené quelque 86.000 entretiens depuis le lancement du programme. Ils ont également réalisé, avec d’autres actions relevant de « Perspectives dans le pays d’origine », plus de 285.900 mesures de formation et de qualification dont environ 8.000 destinées à la réintégration de migrant·e·s de retour d’Allemagne.
  •  Le programme « Perspectives dans les pays d’origine » a aidé plus de 215.500 personnes à trouver un emploi ou à créer une entreprise ou une activité indépendante.
  • Au total, le programme a mis en œuvre quelques 736.500 mesures individuelles de soutien.

 

Version: Août 2020