Programme Migration & Diaspora

Description succincte du projet

Designation : Programme « Migration & diaspora » (PMD)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Projet mondial intervenant actuellement dans 22 pays partenaires : Albanie, Cameroun, Colombie, Équateur, Éthiopie, Géorgie, Ghana, Inde, Indonésie, Jordanie, Kenya, Kosovo, Maroc, Népal, Nigeria, Pérou, Sénégal, Serbie, Territoires palestiniens, Tunisie, Ukraine, Vietnam.
Partenaire : Le partenaire de mise en œuvre est l’Espace Placement international (ZAV) de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA), qui collabore avec la GIZ au sein d’une communauté de travail chapeautée par le Centre pour la migration internationale et le développement (CIM).
Organisme de tutelle : Ministères du Travail des pays d’intervention du projet ou agences de l’emploi compétentes sur place, comme le ministère ghanéen de l’Emploi et des Relations de travail (Ministry of Employment and Labour Relations), l’Agence pour l’emploi de la République du Kosovo (Employment Agency of The Republic of Kosovo, EARK) et le ministère indonésien des Affaires étrangères (Ministry of Foreign Affairs).
Durée totale : 2019 à 2022

gizIMAGE-migration-diaspora-01

Situation initiale

En 2017, les Nations unies estimaient le nombre de migrant·e·s dans le monde à environ 258 millions. Trait d’union entre leurs pays d’origine et les pays où elles sont venues vivre et travailler, ces personnes apportent une contribution importante au développement : elles s’impliquent dans des associations, réalisent des projets sur place et envoient de l’argent à leurs familles et à leurs amis. Elles apportent également leurs connaissances et leur expérience quand elles reviennent, pour une durée plus ou moins longue, dans leur pays d’origine pour y travailler ou y créer une entreprise. 

Toutefois, la migration comporte aussi des risques pour les migrant·e·s et leur pays d’origine, comme l’exode de spécialistes hautement qualifié·e·s ou les risques inhérents à la migration irrégulière. Une coopération avec les agences de l’emploi et les ministères du Travail permet de mettre en place et gérer de manière équitable et sociale une migration régulière et ordonnée empruntant des itinéraires sûrs et qui profite aux pays d’origine et à l’Allemagne.

Objectif

Dans les pays partenaires, des acteurs clés ont recours à la migration régulière et à l’implication de la diaspora pour atteindre leurs objectifs de développement.

gizIMAGE-migration-diaspora-02

Approche

Le programme intervient pour le compte du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Sa mise en œuvre est assurée par le Centre pour la migration internationale et le développement (CIM), une communauté de travail constituée par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH et l’Espace Placement international (ZAV) de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA). 

Les activités sont menées dans le cadre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, de l’Agenda 2030, de la future loi allemande sur l’immigration de main-d’œuvre qualifiée et du Plan d’action national pour l’intégration.

Le projet est constitué de trois composantes, qui ne sont pas forcément mises en œuvre dans tous les pays :

Migration de travail régulière et mobilité : 

De nombreux·ses migrant·e·s rentrent dans leur pays d’origine après avoir vécu et travaillé en Allemagne. Les employeur·euse·s locaux·ales peuvent bénéficier des connaissances et de l’expérience de ces expert·e·s de retour pour prendre de l’essor. Le programme appuie ce transfert d’expertise, par exemple par des formations et des compléments de salaire.

Il informe en outre les migrant·e·s potentiel·le·s des possibilités de migration régulière et sûre et sur les risques liés à la migration irrégulière. À cet effet, le programme soutient, entre autres, l’amélioration des dispositifs de conseil instaurés par les agences pour l’emploi et les structures de formation. Il examine si les recrutements à l’étranger sont compatibles avec les besoins du marché de l’emploi du pays d’origine et s’ils sont effectués de manière équitable et socialement acceptable pour les migrant·e·s. Il existe actuellement des Centres d’information pour l’emploi, la migration et la réintégration dans dix pays partenaires. Ces centres fournissent aux personnes intéressées toutes les informations nécessaires sur les conditions préalables à une migration à des fins de travail ou de formation.

Coopération avec la diaspora :

Les migrant·e·s établi·e·s en Allemagne œuvrent en faveur du développement de leurs pays d’origine, par exemple en intervenant en tant qu'expert·e·s pendant des missions à durée déterminée : le programme aide ces expert·e·s de la diaspora à faire bénéficier des institutions locales de leur expertise. Il finance des organisations de la diaspora qui réalisent sur place des projets en propre avec des organisations partenaires. Par le biais de forums consacrés au dialogue avec la diaspora, le PMD renforce l’engagement de la diaspora en matière de coopération au développement dans les pays d’origine.
Les migrant·e·s reçoivent également un soutien à la création d’entreprise dans leur pays d’origine. Grâce à l’expertise venue d’Allemagne, les créateur·rice·s d’entreprise ou d’activités indépendantes font avancer leur pays par leur idées innovantes et la création d’emplois.

Les migrant·e·s fournissent aussi une contribution financière à leur pays d’origine en envoyant de l’argent à leur famille et à leurs amis. Cependant, les frais de transfert d’argent sont souvent très élevés et réduisent d’autant les sommes effectivement transférées vers les pays. Le comparateur de prix geldtransfair.de offre aux utilisateur·rice·s un aperçu simple et rapide des frais de virement facturés par les différents prestataires.

Gouvernance des migrations : 

Le PMD conseille les gouvernements et les partenaires internationaux sur le développement politique, organisationnel et stratégique en matière migratoire. Au moyen de formations et de missions d’expert·e·s (d’expert·e·s intégré·e·s, par exemple) au sein des institutions, il fournit au personnel des formations continues au plan technique et encourage l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique migratoire viable. Ces activités s’inscrivent dans le cadre de du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières adopté en 2018 par les Nations unies.

Le fonds d’expert·e·s Migration et diaspora accompagne les priorités thématiques du programme par des fonds destinés à des contrats de subvention avec des expert·e·s et expert·e·s intégré·e·s de retour.

Résultats

  • Le programme s’appuie sur les expériences et les résultats du projet précédent « Migration pour le développement (I et II) ». Depuis le début du programme « Expert·e·s de retour » dans les années 1980, de nombreux·ses employeur·se·s ont bénéficié de l’expertise de plus de 15 000 expert·e·s de retour.
  • Depuis 2016, des expert·e·s de la diaspora ont mis leur savoir-faire au service d’organisations partenaires lors de plus 360 missions bénévoles de courte durée.
  • Depuis 2011, plus de 150 organisations de la diaspora ont reçu un financement pour des projets améliorant durablement la vie de la population des pays partenaires.
  • L'engagement des migrants dans le secteur privé a été renforcé par rapport à certains pays d'origine: depuis 2009, plus de 700 personnes intéressées à créer une entreprise ont été soutenues et jusqu'à 100 entreprises ont été créées, ce qui a créé de nombreux emplois et perspectives sur place.
  • Actuellement, le programme participe dans sept pays sélectionnés à une gestion de la politique migratoire axée sur la demande par le biais de dispositifs de conseil personnalisé et de formations. 
  • Depuis 2017, les Centres d’information pour l’emploi, la migration et la réintégration ont déjà mené plus de 75 000 entretiens de conseil.
gizIMAGE-migration-diaspora-03