Services écosystémiques au Maroc : utiliser et préserver la diversité biologique

Description succincte du projet

Designation : Services écosystémiques au Maroc: quantification, intégration et participation du secteur privé
Commettant : Initiative internationale pour le climat du ministère fédéral allemand de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire (BMU)
Pays : Maroc
Organisme de tutelle : Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement – Département de l’Environnement
Durée totale : 2018 á 2022

Situation initiale    

Le Maroc possède une riche diversité biologique qui se caractérise par une variété d’écosystèmes distincts: forêts et steppes, désert, mers et littoraux, zones humides s’y côtoient. Quelque 11 % de la faune et 25 % des plantes vasculaires sont endémiques, et donc n’existent qu’au Maroc. Ainsi, le pays occupe la deuxième place après la Turquie en matière de biodiversité dans le bassin méditerranéen.

La diversité biologique du Royaume du Maroc constitue une base essentielle de la subsistance de la population et du développement économique. Les moyens de subsistance de la majeure partie de la population reposent avant tout sur les forêts, les zones humides, les écosystèmes côtiers et les paysages continentaux. Néanmoins, ces ressources sont exposées à différentes contraintes, notamment la surexploitation, le changement climatique, la pollution de l’environnement, ainsi que la destruction et la fragmentation des habitats naturels. 

Ainsi, non seulement la population voit diminuer le potentiel économique et social des écosystèmes, mais aussi sa capacité à réduire les risques climatiques et à s'adapter dans une logique dynamique au changement climatique. Toutes ces fonctions essentielles qu'assument les écosystèmes sont résumées dans le concept de services écosystémiques.

Les acteur·rice·s majeur·e·s ont une conscience limitée de la valeur des écosystèmes et de la diversité des espèces, ainsi que du rôle qu’ils peuvent jouer pour réduire les risques climatiques. En outre, force est de déplorer l’existence d’incitations efficaces pour le secteur privé et de mécanismes de coopération adaptés qui permettraient d’exploiter pleinement la diversité des espèces sur le long terme. Pour faire face à ces défis, le Maroc a élaboré une stratégie nationale de la biodiversité, assortie d’un plan d'action (NBSAP), qui met l’accent sur la valeur de la diversité biologique.  

Objectif

Dans le souci de protéger les écosystèmes sur le long terme, la valeur de la diversité biologique et des services écosystémiques est ancrée dans le système juridique et les politiques publiques du Maroc.

Approche

Le projet soutient ses partenaires à travers quatre composantes: 

  1. Renforcement de capacités: le projet améliore la capacité d’action des institutions étatiques, des entreprises et de la société civile grâce à des processus participatifs, des études, des formations continues, la gestion des connaissances et la communication. 
  2. Intégration dans la planification sectorielle: la valeur socio-économique de la biodiversité et des services écosystémiques, ainsi que leur contribution à l’adaptation au changement climatique, sont prises en compte dans les processus sectoriels et régionaux de planification et dans les décisions politiques. 
  3. Mise en place de systèmes d’incitation économique: des systèmes d’incitation économique et des mécanismes de coopération ont été mis au point et appliqués dans des projets pilotes avec la participation du secteur privé, afin de protéger les écosystèmes et de pouvoir les exploiter durablement. Ces projets contribuent également à améliorer la capacité à faire face au changement climatique tout en promouvant l’emploi. 
  4. Renforcement du cadre institutionnel et juridique: le cadre institutionnel et juridique pour une utilisation durable de la diversité biologique et la valorisation des services écosystémiques est renforcé.

AUTRE LANGUE